Notre territoire

En plein cœur des Monts d’Ambazac, notre commune se situe dans le département de la Haute-Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine. Dite de moyenne montagne, elle culmine à une altitude comprise entre 360 m et 650 m. Jabreilles-les-Bordes est constituée de 14 villages répartis sur une superficie de 19 km². Notre territoire, boisé à 60 %, est distant de 15 km de la commune d’Ambazac et à 36 km de l'agglomération de Limoges.

Historique

Le territoire de la commune, riche de ses nombreux chemins pavés, dont certains sont d’anciennes voies romaines, ainsi que de l’oppidum du Châtelard (site classé monument historique par décret en date du 3 février 1984) près du village du Maillorat, nous rappelle son passé antique. Cet antécédent est aussi prouvé par la découverte sous les fondations de l’église de Jabreilles de réemploi tel que : un linteau gravé d’inscriptions latines, de pièces de colonnes… Sa première mention dans les archives remonte à 1237, elle s’appelait alors Jabrillae, puis Jabreilhas en 1315. A cette époque la commune dépendait de l’archiprêtré de Bénévent-l’Abbaye. La révolution française intègre Jabreilhas dans le tout nouveau département de la Haute-Vienne (1790). La commune est créée en 1793 et est comprise dans le district de Bellac, puis dans celui du canton de Laurière (Bersac-sur-Rivalier, La Jonchère-Saint-Maurice, Laurière, Saint-Léger-la-Montagne, Saint-Sulpice-Laurière et Jabreilles-les-Bordes). Le 21 novembre 1875, pour des raisons d’éloignement à l’école, cinq villages obtenaient leur rattachement à la commune de La Jonchère-Saint-Maurice : Les Adoux, les Combes, Le Verger, Le Goutheil et Le Chéroux. Le 18 mars 1936, Jabreilhas devient Jabreilles-les-Bordes. La période contemporaine qui est la nôtre, voit son appartenance territoriale se transformer. En 2014, par suite d’un nouveau découpage, le canton de Laurière est intégré dans celui d’Ambazac. La réforme territoriale de 2015 intègre la région Limousin dans une nouvelle région administrative, la Nouvelle-Aquitaine. En 2003 Jabreilles-les-Bordes, s’associe à la Communauté de communes Mont d’Ambazac et Val du Taurion qui se fond en 2017 en une nouvelle Communauté de communes : Elan Limousin Avenir Nature. En termes de population, Jabreilles-les-Bordes est la 23 659ème ville de France, la 3 124ème de la Nouvelle-Aquitaine et la 162ème de la Haute-Vienne. La densité de la population est de 13,5 ha/km2.

Patrimoine

La Vierge du Puy de Jabreilles
Cette statue est relativement récente, mais le site où elle se trouve a été mentionné dès le Vème siècle, car il s’y trouvait une chapelle dédiée à Saint Martin, aujourd’hui disparue. Peut-être pour christianiser un lieu païen comme souvent à cette époque et beaucoup plus tard également ? Le lieu n’est pas sans rappeler certains sites où les Celtes pratiquaient leurs cérémonies.
L’église Saint Martial
L’église de Jabreilles-les-Bordes est classée Monument Historique (arrêté du 25 mai 2000). L’édifice du XIIIème et XVème siècles possède un porche caractéristique : il comporte un escalier en bois permettant d’accéder au clocher. Ce dernier, de forme octogonale est typiquement limousin avec sa couverture en bardeaux de châtaignier. Le Retable de style baroque a été édifié aux XVIIIème et XIXème siècles. Son architecture évoque les portails des collèges jésuites, notamment dans la partie supérieure. Il est d’une dimension remarquable de 30 m². Au centre de ce retable se trouve un tableau restauré en 1995 représentant Saint Jean-Baptiste. Deux parties latérales semblables encadrent le tableau. Chacune est constituée de colonnes torses du XVIIème siècle ainsi que de guirlandes très ajourées de pampres soutenant des feuilles de vigne avec des raisins, des oiseaux et des serpents. Deux statues en hêtre ornent l’église : l’une de Saint Roch et l’autre de Saint Jean-Baptiste. Elles sont classées à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, ainsi que celle de Saint Martin, située au niveau du retable.
La stèle d’Epona ou pierre de Saint Martin
Stèle votive d’Epona, dite aussi pierre de Saint Martin, en granite d’époque gallo-romaine du IIème ou IIIème siècle a longtemps été conservée dans une chapelle du village dédiée à Saint Martin. Elle fut ensuite placée à la croisée de chemins où elle se trouvait lors de son classement en monument historique le 17 juin 1977. Elle ne fut placée sous le clocher-porche qu’en 1979. Sur l’une des faces principales est représentée la déesse Epona ; habillée d’un long vêtement, elle tient de la main droite la bride d’un cheval. Au revers, trois personnages féminins sont figurés debout. Les côtés accueillent le dieu Mars pour l’un (casqué, il porte une courte tunique et tient une lance dans la main droite) et peut-être Apollon pour l’autre (le personnage nu est en déséquilibre sur ses jambes croisées, sa main droite soutient la tête inclinée). Cette pièce est unique en Europe.
La stèle gallo-romaine
A la sortie du village de Jabreilles, se trouve une stèle datant du IIème ou IIIème siècle ayant servi de socle à une croix, comme en témoigne l’encoche sur la partie supérieure. L’absence d’inscription votive évoquerait davantage un élément de sépulture.
La fontaine celtique Saint Martial
Cette fontaine est située dans le village de Jabreilles. C’est une pierre monolithe circulaire. L’eau est guidée par une rigole vers un bassin rond qui devait autrefois servir de lavoir. La légende rapporte que son eau est réputée donner la parole aux enfants.

Sa faune, sa flore

La nature est notre héritage, préservons-la !

La commune, en grande partie boisée (plus de 60 % de sa superficie), appartient au massif de Saint-Goussaud, continuité creusoise des Monts d’Ambazac. Son relief escarpé, évoque de pittoresques paysages montagnards. De magnifiques ruisseaux traversent des bois de chênes, de hêtres et de résineux. Des chemins bordés de murets en pierres sèches, favorables à la randonnée, font découvrir, houx, châtaigniers, noisetiers et genévriers. Malgré la transformation des paysages et la fermeture des panoramas parachevées par l’amplification des bois, des prairies sont entretenues. Nous pouvons voir fleurir çà et là, bruyères, boutons d’or et jacinthes des bois. Le printemps s’ouvre par la floraison d’une nuée d’or, créée par de magnifiques genêts. Notre ciel, diurne est survolé par de splendides merles, grives, geais et pics (présence du pic noir, épeiche, vert,..), celui nocturne est repris par de nombreux hiboux moyen duc. Quelques rapaces tels que faucons pèlerin et buses variables, sillonnent nos espaces en quête de proies. Le printemps voit arriver, outre notre traditionnel coucou, martinets, hirondelles, bergeronnettes, rougequeues, fauvettes, et mésanges. Notre territoire fait l’objet du passage migratoire de grues cendrées, qui emplissent au printemps et à l'automne nos paysages de leurs cris. Il ne faut pas oublier, notre faune terrestre : chevreuils, sangliers, renards et blaireaux qui sillonnent le calme de notre forêt. Quelques martres et écureuils restent chez nous en se montrant d’une grande discrétion.

Son architecture, ses chemins

Conservons ce que nos anciens nous ont légué !

Classée en catégorie moyenne montagne, notre territoire est sillonné par de nombreux chemins, reliant les différents hameaux entre eux, et convergeant pour certains vers un point central de la commune qui était l’église et son cimetière (nous pouvons percevoir à leur croisée, pour certains des croix de granite, qui étaient des points d’arrêt pour les porteurs qui se dirigeaient vers l’église). Ces chemins antiques, pour une partie, datent de l’époque gallo-romaine, ère attestée par la découverte de pavages caractéristiques de cette époque. Ils sont propices à la randonnée pédestre, tel le sentier de la déesse Epona. Sentiers en France propose des itinéraires et des moments de découvertes des chemins de la commune, pour une information plus précise, aller vers son site internet . Notre architecture est caractéristique du Limousin et de la Basse-Marche en particulier, et a su garder son charme grâce à ses maisons typiques. Les habitations sont parfois munies d’auvents et d’escaliers extérieurs. Nous pouvons distinguer des puits remarquables à margelles monolithiques en granite, de dimension importante pour certains. Autrefois les maisons étaient couvertes de chaumes, cela se remarque par le caractère des souches des cheminées. L’ancienneté des constructions est signée par la vue d’un réemploi d’éléments de construction très anciens : ouvertures en accent circonflexe, pierres d’angle massives et ouvragées, linteaux gravés de date, certaines maisons ont gardé leur pavage de granite traditionnel. La nature agricole de la commune, basée sur l’élevage bovin, a influencé d’une manière significative le mode de construction, accolant à l’habitation principale étable et grange ; créant ainsi un corps de ferme tout en longueur et de belle hauteur.